metavers xbox oculus snap

Métavers : Mark Zuckerberg humilié par Xbox, Snapchat et Oculus

Quel est le point commun entre les CEO de Snap, Oculus et Xbox ? Tous trois détestent le métavers de Mark Zuckerberg, et le font ouvertement savoir ! Découvrez pourquoi les géants de la tech ridiculisent le projet de Meta…

Dure semaine pour Mark Zuckerberg. En marge de résultats financiers désastreux pour le troisième trimestre 2022, le CEO de Meta a subi les railleries de plusieurs pontes du monde de la tech et du gaming…

Un an après avoir changé le nom Facebook pour Meta, la firme a vu ses revenus baisser pour le deuxième trimestre consécutif. Son bénéfice tombe à 4,4 milliards de dollars pour le T3 2022, ce qui représente une baisse de 52% sur un an. Le chiffre d’affaires a diminué de 4% pour tomber à 27,7 milliards de dollars.

Cette chute est en grande partie liée à la branche Reality Labs, en charge du métavers et de la réalité virtuelle. Ses pertes sont passées de 2,6 milliards de dollars à 3,7 milliards de dollars.

Et plutôt que de pouvoir compter sur le soutien de ses compères de la Silicon Valley, Mark Zuckerberg a dû subir leurs moqueries. Tour à tour, plusieurs grands noms du gaming et des réseaux sociaux ont critiqué publiquement le métavers.

Le métavers n’est qu’un jeu vidéo mal fait, selon le CEO Xbox

Lors de la conférence WSJ Tech Live, Phil Spencer, le CEO du jeu vidéo chez Microsoft, a donné sa définition du métavers. Selon lui, il s’agit d’un « jeu vidéo pauvrement construit ».

Alors que Meta souhaite inciter ses usagers à travailler dans le métavers, Spencer trouve qu’il s’agit d’un manque de fantaisie. Selon lui, « les créateurs de jeu vidéo ont une capacité formidable à créer des mondes irrésistibles dans lesquels nous voulons passer du temps. Pour moi, construire un métavers qui ressemble à une salle de réunion… je trouve juste que ce n’est pas là où je veux passer le plus clair de mon temps ».

Il ajoute toutefois qu’il se veut provocateur avec cette comparaison. Selon lui, la réalité est simplement que le métavers n’en est qu’à ses balbutiements. Au fil du temps, il est convaincu que le métavers « ressemblera beaucoup plus aux jeux vidéo qu’à des modèles que je vois aujourd’hui dans le métavers ».

Rappelons d’ailleurs que Microsoft affirme lui-même que l’acquisition à venir d’Activision Blizzard fournira « les blocs de construction pour le métavers ». De même, le CEO Satya Nadella est intervenu lors du keynote Meta Connect pour parler de la collaboration entre Meta et Microsoft pour apporter Teams, Windows et Xbox dans la VR.

La dernière chose qu’a envie de faire le CEO de Snap

Toujours au cours de la WSJ Tech Live, le CEO de Snap, Evan Spiegel, a décrit le métavers comme le fait de « vivre dans un ordinateur ». Il a ensuite ajouté que « la dernière chose que je veux faire quand je rentre du travail à la fin d’une longue journée c’est de vivre à l’intérieur d’un ordinateur ».

Le vice-président au marketing d’Apple, Greg Joswiak, y est également allé de son commentaire en affirmant que le métavers est « un mot que je n’utiliserai jamais ». Quelques semaines auparavant, le CEO d’Apple, Tim Cook, avait estimé que ce terme est trop technique pour le grand public.

En revanche, le CEO de Disney, Bob Chapek, affirme que son entreprise tend « à ne pas utiliser le mot métavers parce que pour nous, c’est un gros, large mot. Pour nous, c’est la narration de prochaine génération ».

Même le créateur d’Oculus déteste le métavers

Jusqu’à présent, Mark Zuckerberg n’a pas vraiment réussi à convaincre le monde de le suivre dans son projet de métavers. Même ses propres employés utilisent à peine l’application Horizons World, et les internautes lui ont ri au nez lors du lancement en France.

Même le créateur d’Oculus, racheté par Facebook en 2014 pour 2 milliards de dollars, avoue ne pas être fan du métavers à l’heure actuelle. Selon lui, l’application Horizon Worlds « n’est pas bien, ce n’est pas amusant. La plupart des gens de l’équipe seraient d’accord que ce n’est pas un bon produit ».

Suite à un don politique à un groupe proche de Donald Trump, Palmer Luckey a été renvoyé de Facebook en 2016. Il dirige à présent la startup Anduril Industries spécialisée dans les produits de défense et de sécurité.

Malgré le désaccord, Palmer Luckey reste un pionnier de la VR et souhaite que Meta réussisse. Selon lui, « Mark Zuckerberg est le premier fan de réalité virtuelle dans le monde. Il a mis plus d’argent et de temps que quiconque dans l’histoire ».

C’est la raison pour laquelle il est convaincu qu’Horizon Worlds peut s’améliorer et devenir populaire : « c’est terrible aujourd’hui, mais ça pourrait être génial dans le futur »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest