spatial computing

Spatial Computing : vers une technologie immersive et engageante

Prenant petit à petit de la place dans le quotidien des humains, le spatial computing reste encore flou pour certains. Qu’en est-il vraiment et quels avantages cela pourrait avoir ?

Qu’est-ce que le « spatial computing » ?

Spatial computing ou informatique spatiale, cette notion renvoie à une grande sélection de technologies. L’informatique spatiale détermine un changement dans la façon dont les êtres humains agissent et interagissent avec les ordinateurs. Si auparavant, l’homme interagissait à distance avec les machines, aujourd’hui, les interactions deviennent de plus en plus immersives.

L’essence même du spatial computing est de rapprocher le monde réel du monde numérique. Ce rapprochement se retrouve presque déjà au cœur de nombreux foyers. En effet, à travers les assistances vocales intelligentes, le numérique s’immisce dans la vie normale des gens. Ne serait-ce que dans les commandes domotiques, les ordinateurs sont en train de conquérir la société humaine. On peut désormais contrôler l’ouverture et la fermeture des fenêtres d’une maison par le biais des assistances vocales intelligentes.

Le spatial computing n’est autre que le fruit de l’évolution des ordinateurs. Il ne s’agit plus de grosses machines exécutant des ordres et dépourvues d’intelligence pratique. Maintenant, l’intelligence technologique augmente exponentiellement et permet d’améliorer la qualité de la vie de plusieurs manières. On peut citer les smartphones dont l’utilité ne se résume plus aux appels téléphoniques. Avec un smartphone, il est également possible de travailler, de lire des livres, de visionner une multitude de choses, de se connecter avec le monde entier.

L’ambient computing, fait par ailleurs partie du spatial computing. Il s’agit de pouvoir contrôler des appareils connectés qui nous servent au quotidien. La maison intelligente ou maison connectée en est l’image la plus populaire. Il y a aussi le très célèbre aspirateur intelligent qui nettoie en toute autonomie.

Une extension de la réalité particulièrement profitable

Le spatial computing englobe les technologies de la réalité virtuelle et de la réalité augmentée. Il manipule les données virtuelles pour qu’elles servent en temps réel. Concrètement, grâce à la réalité augmentée, certains aspects du monde numérique peuvent être intégrés avec le monde réel. Et c’est exactement cette possibilité qui est bénéfique. Par la réalité augmentée, des ingénieurs de Boeing ont pu réaliser des simulations de pose de câble à l’intérieur d’un avion. Une réduction importante du taux d’erreurs a été perçue.

La réalité virtuelle, quant à elle, permet d’entrer dans un monde virtuel de possibilités. Les casques virtuels en sont les exemples les plus connus. Il faut juste porter un masque sur la tête et voilà, on est dans un autre monde ! Ces jeux jouent sur notre perception, ce que nous y voyons à l’intérieur n’est pas réel. Sachons que d’ici à 2024, Google prévoit le lancement de  « Project Iris » son nouveau casque AR.

Ces nouvelles technologies permettent parfois aussi d’expérimenter en toute sécurité des situations réelles trop dangereuses. On peut par exemple former des techniciens à certaines tâches potentiellement risquées en les immergeant dans des environnements contrôlés.

Spatial computing : les avantages annexes

Le spatial computing ne se cantonne pas aux technologies de la réalité virtuelle et de la réalité augmentée. De nombreux domaines informatiques sont également touchés par ce concept : la robotique, l’IoT, les apprentissages automatiques, les technologies de pointe.

Dans le monde des affaires

Plus tard, il sera possible de lancer des sessions de formations virtuelles pour toute une équipe par le spatial computing. L’idée de pouvoir travailler à distance est fortement recherchée depuis la crise sanitaire mondiale. L’utilisation du spatial computing avec retour haptique combinée avec les caméras à 360° permettrait de réunir des travailleurs du monde entier en un même lieu. Il sera possible, plus tard, qu’une personne ne sorte de chez elle, mais assistera à une grande réunion en Chine pour y suivre l’élaboration d’un projet. Il pourra ainsi converser, échanger, suivre des présentations et lui-même présenter si besoin sans avoir besoin de se déplacer. C’est ce qui arrive lorsqu’on transporte la réalité virtuelle et la réalité augmentée dans le monde des affaires.

Les moyens de transport intelligents

Une autre facette du spatial computing : les voitures intelligentes. L’on voit se développer avec rapidité les voitures à pilotage automatique. Ces engins sont spécialement conçus pour rouler sans avoir besoin de chauffeur. A part cette fonction, les technologies de pointe ont été mobilisées pour rendre l’intérieur, l’expérience des voyageurs, le confort de ces voitures optimales.

Des avancées technologiques pour la médecine et la qualité de vie

On pourrait également parler de la manière dont le spatial computing peut servir à améliorer significativement la qualité de vie des handicapés. L’utilisation des avancées technologiques pour permettre à ces personnes de pouvoir augmenter leur bien-être, leur inclusion, leurs opportunités est importante. Les machines à reconnaissance vocale, les prothèses, les gadgets quotidiens qui émanent du spatial computing sont d’une aide inestimable. La médecine puise chaque jour dans les technologies de pointe pour permettre d’améliorer les conditions de vie des patients.

Pourquoi certaines résistances au spatial computing ?

Même si le spatial computing présente des avantages concrets, son adoption se heurte encore à certaines résistances. La nature humaine a peur du changement, il est ainsi normal que l’adoption de nouvelles technologies prenne du temps. Pour certaines institutions, il y a eu une manière de faire qui a pris place pendant de longues années. L’exemple des entreprises -qui semblent être réticents à l’utilisation du cloud, de certains logiciels- reflète bien cette vérité. Sur ce sujet, de nombreux risques liés à l’utilisation du cloud computing donnent raison à ces entreprises.

On peut dire qu’aujourd’hui, nous sommes à l’orée de l’immersion dans le paysage du spatial computing. Intégrer les technologies immersives et engageantes dans le quotidien professionnel, social, médical requiert encore beaucoup de travail. Il s’agit de convaincre tout d’abord à l’adoption de cette façon d’interagir avec le numérique. Présenter les avantages, les possibilités de solutions dont elles regorgent, permettre des situations d’apprentissage non coûteuses, tout cela doit être pensé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest