« C'est digne de Big Brother » : la surveillance sur le Web dépasse ce qu'on imaginait

« C’est digne de Big Brother » : la surveillance sur le Web dépasse ce qu’on imaginait

Chaque fois que nous utilisons Internet, nous laissons une trace sur le Web : les sites visités, chaque élément cliqué ou encore les historiques de recherche. Nous laissons des indices sur l'ensemble de nos activités de navigation en l'occurrence. Cette  surveillance sur le Web subi par les internautes (et les mobinautes) dépasse de loin ce qu'on pouvait imaginer.

Surveillance sur le Web : pourquoi nous suivre sur Internet ?

Un site Web peut suivre vos activités de navigation pour plusieurs raisons. Dans certains cas, il collecte et traite vos données dans le but d'optimiser tout simplement votre expérience de navigation, pour la rendre plus rapide et plus pratique. 

Ces données peuvent également être utilisées pour déterminer vos habitudes et préférences de navigation pour créer des publicités ciblées ou des suggestions d'achat. Les sites de streaming ou de e-commerce par exemple collectent vos informations pour pouvoir vous suggérer des contenus / articles / services correspondant à vos préférences.

Vos données peuvent également être collectées par des entreprises de courtage. Ces dernières collectent des données à partir de nombreuses sources. Elles les vendent ensuite à des entreprises, à des particuliers ou aux gouvernements à des fins marketing, pour la sécurité et l'atténuation des risques, etc.

Comment les entreprises suivent-elles nos données ?

Il existe principalement deux manières de faire de la surveillance sur le Web : les cookies et les empreintes numériques. Les cookies désignent de petites unités de données stockées sur l'appareil d'un utilisateur qui visite un site Web. 

Un site Web peut utiliser des cookies lorsque les visiteurs sont sur leur page pour mémoriser leurs préférences. Ces informations sont le plus souvent utilisées à des fins publicitaires, contrairement aux empreintes numériques, utilisées la plupart du temps pour créer votre profil.

Chaque fois que vous utilisez Internet, vous laissez une empreinte qui indique où vous étiez (via les données de localisation), ce que vous avez fait (site visité, achat en ligne effectué…), etc. Ces données sont souvent liées à qui vous êtes.

Les données qui constituent votre empreinte numérique sont collectées à partir de chaque appareil que vous utilisez : ordinateur, téléphone, tablette et même des trackers de santé comme une montre intelligente ainsi que toutes les gammes d'électroménagers intelligents

Des données collectées de manière détaillée, plus que ce qu'on pouvait imaginer

L'Irish Council for Civil Liberties (ICCL), une organisation irlandaise œuvrant pour les libertés civiles et les droits de l'homme, vient de mener une enquête sur la collecte et le traitement de données réalisées à des fins de surveillance sur le Web.

Dans leur rapport, les experts déplorent la pratique des courtiers qui effectuent un classement trop détaillé des données. Cela augmente le risque que l'identité des individus puisse être vérifiée à partir d'informations anonymisées, dénoncent-ils dans leur rapport.

Les courtiers en données regroupent habituellement les internautes selon certaines caractéristiques comme le domaine d'activité ou les centres d'intérêts, des informations déduites de leurs historiques de navigation

Néanmoins, il s'avère que les courtiers ajoutent de nombreuses autres catégories plus révélatrices. Ils créent par exemple une classe spécifique pour la frange influente des professionnels ou pour les professions sensibles.

Les données ainsi regroupées sont ensuite utilisées pour cibler des juges, des élus, le personnel militaire ou encore des « décideurs » travaillant dans le domaine de la sécurité nationale, révèle les responsables de l'Irish Council for Civil Liberties. La catégorisation inclut même la situation financière, l'orientation sexuelle et bien d'autres.

Surveillance sur le Web : des risques élevés d'identification

Les défenseurs de la vie privée crient au scandale. Ces catégories professionnelles plus spécifiques supposent que les informations provenant de différentes sources de données peuvent facilement être combinées avec des données de localisation et des horodatages pour identifier les personnes.

Ces données de surveillance Web pourraient être utilisées à des fins d'espionnage ou exploitées par des acteurs malveillants, ont-ils ajouté. L'ICCL souligne que les courtiers peuvent vendre les données à n'importe quelle entreprise et aux particuliers. Sans balise de ce côté, le risque est d'autant plus important.

Carissa Veliz, professeure agrégée à l'université d'Oxford, spécialisée en éthique numérique, exprime son inquiétude face à la situation. « Les plateformes savent que l'anonymisation qu'elles effectuent est si fragile, et elles savent que ce qu'elles font, c'est identifier des informations sensibles qui pourraient mettre en danger les personnes et la société », déplore-t-elle.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

1 commentaires

1 commentaire

  1. Merci pour l’information. Mais que fait-on ensuite? Comment limiter cette fuite? l’article n’en parle pas

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *