the real deal hacker dark web

The Real Deal : le baron du Dark Web enfin arrêté, revivez la folle poursuite

Après de nombreuses années de traque, Daniel Kaye a enfin été arrêté et incarcéré par la justice américaine. Le Londonien de 34 ans est accusé d’avoir géré la place du marché « The Real Deal » sur le Dark Web. Revivez la chute d’un empire de l’illégal…

Pendant plusieurs années, la place du marché « The Real Deal » prospérait sur le Dark Web. Apparue en 2015, cette plateforme proposait à la vente une large variété de services illégaux, dont la vente d’exploits « zero day » permettant de pirater les plus grandes entreprises mondiales et même les agences fédérales américaines.

On pouvait aussi y acheter des armes, des drogues en tout genre, des identifiants de connexion volés, des outils de hacking, et toutes autres sortes de biens et services prohibés par la loi.

Bien que le site ait fermé ses portes à la fin 2016, il est directement lié à de nombreuses fuites de données massives. On peut notamment citer les cyberattaques menées contre MySpace, et contre le réseau social LinkedIn dédié aux professionnels.

Daniel Kaye arrêté pour une affaire de hacking sans rapport

Après plusieurs années de traque acharnée, les autorités ont enfin réussi à arrêter et condamné le cerveau des opérations. Âgé de 34 ans, Daniel Kaye réside à Londres. Il est accusé d’être l’administrateur de The Real Deal.

Ironiquement, Kaye n’a pas été interpellé à cause de sa marketplace. Il a été arrêté à Londres en 2019, dans le cadre d’une enquête sur une affaire de hacking sans aucun lien.

L’homme avait commencé sa carrière de façon parfaitement légale comme sous-traitant de cybersécurité. Toutefois, le monde de l’illégal et du cybercrime a fini par l’attirer. Après avoir accepté des emplois impliquant l’espionnage et la cyberattaque d’entreprise, il est finalement passé du côté obscur de la force…

real deal offres

Entre 2015 et 2017, Kaye aurait géré The Real Deal sous différents pseudonymes tels que « Spdrman », « Bestbuy », « UserL0ser », « David Cohen » ou encore « Dlinch Kravitz ». Ces différents déguisements numériques lui ont servi de couverture, pendant qu’il volait des identifiants de connexion à des agences gouvernementales telles que la NASA, l’US Navy, l’US Postal Service, la National Oceanic and Atmospheric Administration, ou les Centers for Disease Control and Prevention.

Il aurait également collaboré avec un autre criminel, surnommé « thedarkoverlord » et dont la véritable identité reste inconnue à ce jour. Ensemble, les deux malfrats ont monté un business de vente de numéros de sécurité sociale.

Extradé aux États-Unis après plusieurs années de cavale

the real deal dark web

En avril 2021, Kaye a finalement été condamné pour plusieurs crimes, dont la fraude d’accès aux appareils ou le blanchiment d’argent. Toutefois, la course poursuite était loin d’être terminée puisque l’astucieux criminel était à l’étranger au moment où la justice prononçait son verdict. Ce n’est que le 23 octobre 2022, plus d’un an après, que Daniel Kaye a finalement été extradé vers les États-Unis pour son incarcération.

Selon l’avocat américain Ryan K. Buchanan, « tout en vivant à l’étranger, il a géré un site web illégal commercialisant des outils de hacking et des identifiants de connexion, y compris pour les agences gouvernementales. Cette affaire doit rappeler que les autorités fédérales traineront les personnes enfreignant la loi américaine en justice, quel que soit leur lieu de résidence dans le monde »…

Les autorités du monde entier, dont Interpol et Europol, ont juré de mener la guerre aux criminels du Dark Web. Toutefois, malgré l’arrestation de Daniel Kaye, de nombreuses places du marché illégales subsistent et d’autres apparaissent sans cesse. Pour tout savoir sur le Dark Web et ses menaces de cybersécurité, consultez notre dossier complet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest