Accueil > Solutions Cloud > Amazon > AWS versus Azure : Quelle est la meilleure plateforme Cloud ?
amazon aws versus microsoft azure comparaison cloud

AWS versus Azure : Quelle est la meilleure plateforme Cloud ?

Si votre entreprise envisage d’utiliser une Infrastructure en tant que Service (IaaS), Amazon Web Service (AWS) et Microsoft Azure sont les deux principaux fournisseurs de tels services. Reste à déterminer lequel est le plus apte à répondre aux besoins de votre activité. Trouvez la réponse à cette question à travers ce comparatif.

Amazon Web Services est apparu il y a maintenant 10 ans. Depuis lors, la firme a beaucoup évolué, au même titre que le paysage compétitif qui l’entoure. L’un de ses concurrents, Microsoft Azure, opère depuis 2010. En six ans, Microsoft a réussi, comme à son habitude, à améliorer très rapidement son service au point de pouvoir concurrencer Amazon.

Ces deux entreprises ont eu suffisamment de temps pour créer des produits stables et flexibles. À haut niveau, il est possible de comparer AWS, une option fiable et diversifiée, avec Microsoft Azure, une offre Cloud proposée par les créateurs de nombreux outils que votre entreprise utilise déjà comme Visual Studio, SQL Server, et bien entendu Windows. Ces deux solutions de haute qualité sont difficiles à départager.

Les bases

aws-services

Amazon divise ses Infrastructures en tant que Service en quatre catégories : Compute, Stockage, Base de données et Réseau. Toutes ces ressources sont sécurisées par les services de sécurité et d’identification d’Amazon, notamment Amazon hosted Active Directory, AWS Identity Management, AWS Certificate manager pour la gestion des certificats SSL/TLS, ou encore AWS CloudHSM.

Les utilisateurs peuvent surveiller leur usage de ressources d’infrastructure à l’aide d’outils de gestion comme Amazon CloudWatch, AWS Cloudtrail pour le tracking d’activité et d’usage d’API, et AWS Config pour le suivi d’inventaire de ressources.

azure-core-services

Compute

 

Pour le computing, la principale offre d’AWS sont les instances EC2, qui peuvent être adaptées sur mesure grâce à un grand nombre d’options. Les utilisateurs peuvent configurer des machines virtuelles en utilisant des AMIs (machine images) préconfigurées ou personnalisées. L’usager choisit la taille, la puissance, la capacité mémorielle, et le nombre de VM ainsi que les régions dans lesquelles effectuer le lancement. La firme propose également des services comme Elastic Beanstalk pour le déploiement d’applications, EC2 Container, AWS Lambda et Autoscaling.

aws-compute

Azure, de son côté, regroupe ses infrastructures en quatre catégories : Compute, Gestion de données, Performance et Networking. Ces infrastructures sont sécurisées par Azure Active Directory, Federation Services, Multi-Factor Auth, et un modèle de contrôle Role Based Access. Azure propose également des services et des intégrations pour une surveillance en profondeur des performances d’infrastructure.

L’offre de computing d’Azure est centrée autour de ses Virtual Machines (VM), des autres outils comme Cloud Services et Resource Manager pour le déploiement d’applications sur le Cloud, et le service Azure Autoscaling. Les utilisateurs d’Azure choisissent un VHD (Virtual Hard Disk), équivalent aux AMI d’Amazon, pour créer une VM. Le VHD peut être prédéfini par Microsoft, par des tiers, ou défini par l’utilisateur. Pour chaque VM, il est nécessaire de spécifier le nombre de cœurs et la quantité de mémoire.

Stockage

En ce qui concerne le stockage, les deux firmes proposent des options similaires. AWS propose les services Simple Storage (S3), Elastic Block Storage (EBS), Elastic File System (EFS), le système de transfert de données volumineuses Import/Export, le service de backup d’archive Glacier et Storage Gateway, permettant une intégration on-premises.

Microsoft de son côté propose le service Azure Storage, le service de stockage de bloc Azure Blob, Table, Queue, et File. La firme propose également les services Site Recovery, Import Export et Azure Backup.

Networking

Les deux fournisseurs Cloud proposent également d’excellentes solutions de networking. Les utilisateurs peuvent déployer leurs applications à un niveau local (data center privé) ou global (cloud hybride ou public), en comptant sur Azure Load Balancer et AWS Elastic Load Balancing.

Amazon Virtual Private Clouds et Azure Virtual Network permettent tous deux aux utilisateurs de grouper des machines virtuelles au sein de réseaux isolés sur le Cloud. En utilisant VPC et VNET, les utilisateurs peuvent définir une topologie de réseau, créer des subnets, des tableaux de route, des rangées d’adresses IP privées, et des portails de réseau.

Bases de données

Les deux fournisseurs proposent des bases de données relationnelles avec Azure SQL Database, Amazon Relational Database Service et Redshift, et des bases de données NoSQL avec Azure DocumentDB et Amazon DynamoDB.

Le Cloud hybride

cloud-hybride

Les entreprises qui développent de nouvelles applications, ou les nouvelles startups, peuvent commencer leur activité directement sur le Cloud, et n’ont donc pas à se soucier des problèmes de migration. Pour la plupart des entreprises toutefois, la migration vers le cloud est une transition. De fait, beaucoup d’entre elles n’envisagent pas de fonctionner intégralement sur le Cloud. Pour de nombreuses raisons, elles utiliseront à la fois le Cloud et leurs propres data centers.

Pour faire face à cette situation, Microsoft propose un support solide du cloud hybride. Le cloud hybride permet de lancer des applications cloud et de déployer des infrastructures sur le cloud, mais aussi d’utiliser des ressources informatiques on-premises quand cela semble plus approprié. Le cloud hybride permet d’effectuer une transition rapide entre les deux.

Dans le domaine du cloud hybride, Microsoft mène clairement la danse avec des plateformes comme Azure StorSimple, Hybrid SQL Server ou Azure Stack. Amazon peine à rattraper son retard en la matière, malgré le déploiement de solutions hybrides comme Storage Gateway, DynamoDB Local, ou OpsWorks.

Le Cloud gouvernemental

cloud-gouvernement

Les entreprises privées ne sont pas les seules à vouloir économiser de l’argent. Malgré les régulations strictes, il est possible pour les organisations gouvernementales de migrer vers le Cloud. Amazon et Microsoft proposent tous deux des versions Gouvernement de leurs clouds, répondant à toutes les exigences légales. Ces deux Clouds gouvernementaux sont conformes aux normes ITAR, DISA, HIPAA, CJIS, FIPS, etc…

Le cloud gouvernemental d’Amazon a cependant l’avantage d’être en place depuis longtemps, et d’avoir à son actif davantage de clients gouvernementaux. Certains gouvernementaux préfèrent toutefois Microsoft Azure.

Microsoft Azure : la meilleure intégration aux services Microsoft

azure-integration

Microsoft a toujours été focalisé sur ses clients professionnels. Il semble donc logique que l’intégration d’Azure à Windows et aux autres services de la firme comme Active Directory, TFS et Visual Studio soit irréprochable. Par exemple, il est possible d’utiliser les mêmes comptes Active Directory pour se connecter aux services du cloud Azure comme Office 365 ou Azure SQL.

AWS, le meilleur choix pour l’open source

linux

Pour les clients open source, jusqu’à récemment, il n’était pas envisageable d’utiliser Azure en tant que vendeur cloud. En effet, Microsoft a longtemps entretenu une mauvaise relation avec la communauté open source. Cependant, depuis peu, la donne est en train de changer.

Quoi qu’il en soit, dans ce domaine, Amazon AWS mène clairement la danse. AWS a toujours été Linux-friendly et en bons termes avec la communauté open source. La firme propose de nombreuses intégrations d’outils open source.

Microsoft Azure déploie cependant de grands efforts pour rattraper son retard dans ce domaine. PowerShell et .NET Core sont open sourced. SQL Server fonctionne sous Linux, et Hyper-V permet de faire tourner Docker. Sur Azure, il est également possible de lancer Red Hat Enterprise Linux et les clusters Apache Hadoop.

Amazon conserve l’avantage grâce à son ancienneté dans le domaine open source, et parce que Azure fonctionnera toujours mieux avec les outils de développement Microsoft. Toutefois, si vous souhaitez utiliser des outils open source sur le cloud, ne négligez pas Azure et vérifiez si ce cloud ne correspond davantage à vos besoins. L’écart se referme rapidement.

AWS, l’offre la plus complète et flexible

aws-services

La profondeur de l’offre AWS fait partie de ses principaux atouts. Amazon domine dans plusieurs secteurs comme les options de configuration de plateforme, les fonctionnalités de monitoring, la sécurité et la fiabilité. Son écosystème de partenaires et sa stratégie de produit générale sont également perçus comme des avantages de taille, au même titre que l’AWS Marketplace et ses nombreux services logiciels tiers.

Un autre avantage du cloud AWS est son ouverture et sa flexibilité. Par exemple, Transports for London a utilisé AWS pour gérer des pics de demande pour ses services en ligne comme le Journey Planner Tool. Pour ce faire, l’organisation s’en est remise aux instances EC2, au Simple Email Service, au Simple Notification Service pour les notifications push, au Simple Queue Service et aux outils de mesure Cloud Watch et à Route 53 Domain Name Server.

Clientèle

aws-clients

Se baser sur la clientèle type d’un fournisseur n’est pas forcément la meilleure façon de choisir un cloud. Cependant, l’analyse de la clientèle peut permettre de comprendre de quelle façon le cloud en question profite aux autres entreprises et ainsi permettre de mieux choisir.

AWS multiplie les contrats avec les très grandes entreprises et organisations, et c’est ce qui lui a permis de rivaliser avec les géants de l’industrie informatique. Par exemple, la CIA a fait appel à AWS pour développer son cloud privé en 2013. C’est également le cas de Netflix qui a récemment annoncé son intention de fermer tous ses data centers pour migrer intégralement sur le Cloud. Parmi ses clients de prestige, on compte également AirBnB, Aon, Channel 4, Financial Times, Dow Jones, Kurt Geiger, Lonely Planet, Nasdaq, Nike, Nisa Retail, Pfizer, et Royal Opera House.

Microsoft Azure compte moins d’utilisateurs très connus, mais détient aussi son lot de clients prestigieux comme Pearson, Ford, NBC News, dunnhumby et Easyjet.

Système de licence

Pour certaines entreprises, la simplicité du système de licence est un critère essentiel dans le choix d’un cloud. En règle générale, les fournisseurs de service facturent leur clientèle en fonction des licences qu’ils utilisent et de l’usage qu’ils en font. Toutefois, les grandes entreprises payent déjà de nombreuses licences pour les serveurs d’applications comme SQL Serve ou BizTalk. Heureusement, migrer vers le Cloud ne signifie pas forcément que ces investissements sont perdus.

Microsoft propose une mobilité de licence pour certains serveurs d’application. Il est important de vérifier à l’avance si une application est éligible pour cette mobilité, et de garder en tête que Windows Server ne l’est pas. Par exemple, la licence SQL Server est éligible, et une licence déjà payée peut donc être utilisée sur le Cloud.

Fiabilité

aws-azure-2

Azure et Aws garantissent tous deux une disponibilité de service supérieure à 99,95%. Si un problème survient, les clients sont remboursés. Les deux fournisseurs ont toutefois connu des pannes ponctuelles, qui ont affecté des services comme Netflix ou Office 365.

Coûts

azure-services

Les vendeurs de plateformes cloud affirmeront tous qu’une migration vers le cloud permet de faire des économies. Toutefois, en réalité, il est difficile d’estimer réellement les coûts réels d’une telle transition. Certains éléments à prendre en compte dépendent du comportement de l’utilisateur. Par exemple, éteindre les Virtual Machines quand on ne les utilise pas réduit fortement les coûts. Il est donc inutile de comparer AWS et Azure en termes de tarif. Il est possible d’estimer les coûts de vos projets sur les sites officiels respectifs de Amazon et Azure.

Notons toutefois qu’AWS facture ses clients en fonction du nombre d’heures d’utilisation. Par conséquent l’utilisation minimale s’élève à une heure. Les instances AWS peuvent être achetées en utilisant trois modèles différents :

_ À la demande : les clients payent pour ce qu’ils utilisent

_ Réservé : les clients réservent des instances pour une à trois années avec un coût basé sur l’utilisation

_ Spot : un système d’enchères entre clients pour la capacité supplémentaire disponible

Azure de son côté facture ses clients en fonction des minutes utilisées, et propose également des discounts ponctuels.

Support

aws-support

Microsoft et Amazon offrent tous deux différents niveaux de support, en fonction de la vitesse à laquelle les utilisateurs souhaitent que leurs problèmes soient résolus, et s’ils souhaitent avoir un gestionnaire de compte dédié, ou encore bénéficier d’un support technique pour l’intégration de plugins tiers si quelque chose se passe mal.

La principale différence est que les offres de support d’Azure sont facturées sur une base mensuelle, tandis que celles d’AWS varient en fonction de l’usage mensuel. Par conséquent, les coûts du support Amazon peuvent augmenter rapidement pour les utilisateurs les plus exigeants.

AWS vs Azure : verdict

azure-vs-aws-4

En définitive, le choix du meilleur fournisseur cloud dépend de vos besoins. La meilleure solution est de tester la version d’essai d’AWS et Azure pour expérimenter les qualités et les défauts de chacun de ces services.

Si le coût est un critère essentiel à vos yeux, il est judicieux d’utiliser les outils d’estimation proposés par chacun des fournisseurs sur leurs sites officiels respectifs. De même, des outils de surveillance de coût de cloud peuvent permettre de mesurer votre utilisation réelle d’IaaS et vous alerter si ces coûts deviennent hors de contrôle. Ainsi, il sera plus facile de réguler vos dépenses mensuelles.

 

A lire également

Amazon et Microsoft dominent le marché du Cloud Computing public

Cloud Computing : Amazon et Microsoft mènent la danse

Un rapport publié par Gartner concernant l’état du marché du Cloud Computing démontre qu’Amazon et …

Send this to friend