DevSecOps

DevSecOps : une approche systémique et omniprésente de la sécurité

Indispensable pour garantir la sécurité tout au long du cycle de vie du développement logiciel, le DevSecOps est une méthodologie fort avantageuse.

En quoi consiste le DevSecOps ?

DevSecOps signifie littéralement « développement, sécurité, opérations ». Comme son nom l’indique, cet instrument permet d’optimiser la sécurité à toutes les étapes du cycle de vie du développement logiciel. Toutes les phases sont donc concernées : conception, intégration, tests, déploiement et livraison du logiciel.

La procédure traditionnelle voulait que l’on additionne la sécurité au logiciel à la phase finale du cycle de développement. Le travail était fait par une équipe et passait aux phases de tests aux mains d’une toute autre équipe. Cette manière de faire correspondait à l’époque où la publication des mises à jour logicielles ne se faisait que deux fois par an au maximum.

pcloud black friday 2022

Au fur et à mesure, les développeurs ont commencé à utiliser les pratiques Agile et DevOps qui permettaient de réduire les cycles de création de logiciels. Ce qui prenait des semaines auparavant pouvait être fait en quelques jours dorénavant. Le fait d’ajouter la sécurité en dernier lieu était finalement devenu obsolète. Cet intérêt est tout aussi compréhensible dans la mesure où la lutte contre les attaques malveillantes est de plus en plus fréquente. Aujourd’hui, nous le savons, les attaques cybercriminelles fusent. D’ailleurs, Microsoft a récemment tiré la sonnette d’alarme sur les codes malveillants infectant les logiciels open source.

Fonction du DevSecOps

Grâce au DevSecOps, la sécurité des applications est clairement intériorisée dans Agile et DevOps. Chaque anomalie de sécurité est traité dès son apparition. L’approche DevSecOps traite donc tous les problèmes de sécurité à la racine, au moment où ils bourgeonnent. Cela permet d’économiser et d’empêcher toute prolifération des risques à la production.

Le DevSecOps est intégré tout au long du cycle de vie du développement des applications et des logiciels. Ainsi, on répartit la responsabilité de la sécurité à toutes les équipes de travail : concepteurs et développeurs. Tous ceux qui participent à la création du logiciel sont donc appelés à rester vigilants à la sécurité.

La devise DevSecOps révèle ses priorités : « livrer des logiciels bien sécurisés rapidement ».

Quels avantages peut-on en tirer ?

Il faut noter que la vision du DevSecOps est de livrer des logiciels bien sécurisés très rapidement. Rapidité et sécurité sont donc les avantages fondamentaux de l’approche DevSecOps. Comme le processus de développement est raccourci par la même occasion, le prix des logiciels fournis baisse également. Il permet de faire donc de faire d’une pierre deux coups.

Rapidité à la livraison des logiciels

L’ancienne façon de faire retardait tout le processus de développement des logiciels. Puisque toute la charge de la sécurité revenait à une équipe en phase finale, les retards n’étaient pas étonnants. Il faut comprendre que résoudre des anomalies de code et de sécurité demande beaucoup de temps et d’argent. Le recours à un environnement de DevSecOps permet de gagner les deux en même temps. Il n’est plus nécessaire à ce niveau de réitérer des processus causés par une faille sécuritaire. Avec le DevSecOps, l’équipe instaure et renforce la sécurité du code tout au long du processus. Résultat : la livraison se fait plus rapidement.

Sécurité optimisée

Un environnement de DevSecOps implique les exigences de cybersécurité au commencement du cycle de vie du développement des logiciels. A chaque étape, ce code est vérifié et testé pour éviter tout problème de sécurité. Un problème détecté sera automatiquement traité et cela avant de passer à une autre étape. Cette démarche réduit les mauvaises surprises à tout moment du cycle de vie.

Du point de vue collaboratif, le DevSecOps mobilise les équipes de développement, de sécurité et d’exploitation à mieux interagir. Les problèmes de sécurité coûtent très chers à résoudre, il est donc optimal d’y engager toute l’équipe. Ainsi, les responsables de la sécurité ne vont pas se heurter à une portée de problèmes coûteux à la fin du cycle de vie du développement.

Une automatisation pour correspondre aux normes requises

Se servir d’un pipeline d’intégration continue permet d’intérioriser les tests de cybersécurité au sein d’une série de tests automatiques. Le choix de rendre ces processus automatique dépend bien sûr de l’organisation et de ce qu’elle vise. L’avantage de ces tests automatisés est qu’elles rassurent que ce qui est introduit dans les logiciels respectent les normes requises. Et encore, on peut lancer des analyses avant la mise à jour définitive ne soit achevée.

Adaptation et réitération

Les exigences mutent de nombreuses fois, l’approche DevSecOps permet de s’y adapter à tout instant. Si les développeurs l’introduisent sérieusement, ils pourront bénéficier d’une configuration solide, des tests automatisés, d’une immuabilité et pourront même se dispenser de calculs sans serveurs.

Pratiques courantes DevSecOps

Maîtriser le shift à gauche

Très présent chez le DevSecOps, le « shift à gauche » oriente les ingénieurs logiciels à changer l’emplacement de la sécurité de la droite vers la gauche. La gauche étant la première phase du développement et la droite la fin. C’est à ce moment qu’il faut engager des professionnels en cybersécurité comme les développeurs en cybersécurité. Ces derniers garantiront la correction et la configuration de chaque élément aux normes de sécurité. Ils considèreront d’ailleurs les dernières tendances en matière de cybersécurité.

Ce shift à gauche aide l’équipe DevSecOps à rapidement repérer les potentiels risques de sécurité ainsi que leur résolution immédiate.

Promouvoir la sécurité

Instaurer la valeur fondamentale de la sécurité est primordiale. Elle doit donc être saisie à tous les niveaux des équipes : concepteurs, développeurs, exploitants, et responsables de la sécurité. Renforcer la sécurité demande tout un amalgame de respect de la conformité et de l’ingénierie technique. Ainsi, pour que la sécurité soit optimale, tous les membres des équipes doivent maîtriser les systèmes de base de sécurité des applications. Ceci comprend l’Open Web Application Security Project (OWASP), les tests et les pratiques de base de sécurité.

Une telle initiative peut nécessiter une formation inclusive. Chaque développeur devrait cerner les normes de la conformité, la mesure des potentiels risques et surtout activer les vérifications de sécurité.

Optimiser la culture organisationnelle

Tous ces avantages précités exigent un leadership exceptionnel pour coordonner toutes ces tâches et transmettre efficacement l’importance de la sécurité. Tenir toute une équipe responsable -du début à la fin du cycle de vie du développement- n’est pas une mince affaire. Il faudra travailler sur le leadership qui génèrera une culture et une ambiance organisationnelle favorables à l’engagement responsable de chacun.

Pour aboutir à un environnement fortement sécurisé en DevSecOps

Pour atteindre ce but, il faut mobiliser les trois points suivants : la traçabilité, la visibilité et la contrôlabilité.

La traçabilité vous accorde le suivi de tous les éléments du début jusqu’à la fin du cycle de vie de développement.

En ce qui concerne la visibilité, elle permet de surveiller les potentiels risques tout au long du processus. L’organisation utilisera pour cela un outil de surveillance efficace, sensible aux attaques et aux modifications. Cela permet d’avoir une vision globale des opérations à chaque étape.

La contrôlabilité tient en alerte face aux exigences de conformité. Elle englobe la disposition des aspects techniques, procéduraux, administratifs. Tout doit être accessible à tous les membres de toutes les équipes.

En synthèse simple, comment se passe un flux de travail DevSecOps ?

En premier lieu, les développeurs agissent dans le système de contrôle de version. Ensuite, un membre de l’équipe se charge de discerner les changements exigés par l’application : il effectue un contrôle des anomalies, des failles potentielles de sécurité du code. Après cela, un autre membre déploiera l’application en le configurant de manière sécurisée. Ensuite, viennent les tests : l’application sera examinée sur tous les plans. C’est-à-dire en back-end, interface utilisateur, sécurité et intégration. Si tout se passe bien, l’application fera l’objet d’un transfert immédiat vers la production. A cette dernière étape, les logiciels de sécurité prennent en charge l’application.

Quelle est alors la différence entre DevOps et DevSecOps ?

Ces méthodologies s’alignent en réalité. La DevSecOps n’est que la suite logique du DevOps. La technologie DevOps, « développement, opérations », apparu vers 2009, traduit la collaboration des développeurs et des exploitants pour atteindre un environnement plus agile. De son côté, l’approche DevSecOps incorpore l’automatisation des mesures et des opérations de sécurité optimales. Pour y arriver, le concept impose l’intégration et le suivi de la sécurité à toute étape du cycle de vie du développement. Le fait de transmettre l’engagement et la responsabilité de la sécurité à toutes les étapes du processus particularise le DevSecOps.

Conclusion

Enfin, le DevSecOps combine trois instances : le développement, la sécurité, les opérations en tant que code tout au long d’un cycle continu de livraison. Son ultime objectif est de consolider la sécurité durant tout le cycle en automatisant et en contrôlant chaque élément. Cette manière de procéder réduit considérablement la vulnérabilité des applications et des logiciels produits.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest