do kwon terra interpol

Crypto-Crash : qui est Do Kwon, le créateur de Terra recherché par Interpol ?

Do Kwon, le co-fondateur de la startup blockchain Terra ayant causé l’effondrement des cryptomonnaies, est désormais recherché par Interpol. Toutes les forces de police du monde ont pour consigne de l’arrêter. Découvrez tout ce que vous devez savoir sur ce personnage…

Le 15 septembre 2022, la Corée du Sud a émis un mandat d’arrêt contre Do Kwon : le co-fondateur et CEO de Terraform Labs. Cet individu est directement impliqué dans le « crypto-crash » ayant provoqué l’effondrement du marché des cryptomonnaies en 2022.

L’écroulement de l’écosystème Terra a eu un effet domino sur de nombreuses crypto, à commencer par le token Luna directement lié. Suite à ce désastre, Do Kwon et cinq autres personnes impliquées ont déménagé à Singapour…

Ce choix est probablement lié au fait que Singapour n’a pas de traité d’extradition avec la Corée du Sud. Faire revenir les six individus nécessiterait donc un long processus légal…

Qui est Do Kwon ?

Né en 1991 en Corée du Sud, Do Kwon a été au lycée Daewon Foreign Language High School avant d’étudier l’informatique à l’Université de Stanford. Il y a obtenu son diplôme en juin 2015, puis a travaillé trois mois comme ingénieur chez Apple et Microsoft.

Do Kwon est ensuite rentré en Corée du Sud pour créer son entreprise. Il a co-fondé Terra dans le but d’utiliser la technologie Blockchain pour développer un système de paiement plus efficace.

À son lancement en janvier 2018, son stablecoin éponyme a attiré 40 millions d’utilisateurs. La firme a levé 32 millions de dollars auprès de géants de la crypto tels que Binance, Arrington XRP et Polychain Capital pour créer son système de paiement basé sur la blockchain.

Il a même assemblé une alliance de partenaires commerciaux avec des entreprises sud-coréennes renommées comme Ticketmonster et Yanolja. Malheureusement, le stablecoin n’était pas si stable et a provoqué un véritable cataclysme sur le marché des cryptomonnaies…

Interpol déclenche l’alerte rouge

Sur demande de la Corée du Sud, Interpol vient d’émettre une alerte rouge pour Do Kwon. Cela signifie que toutes les forces de police du monde entier doivent localiser et arrêter le fugitif…

De son côté, Kwon continue à Tweeter de manière innocente. Il affirme notamment sur Twitter que « mes coordonnées GPS ne concernent personne ».

Le 17 septembre, il déclarait : « je ne suis pas en fuite ou quoi que ce soit de similaire, et pour toute agence gouvernementale ayant cherché à communiquer, nous sommes en pleine coopération et n’avons rien à cacher ». Au même moment, il était probablement en train de préparer ses bagages pour Singapour…

Dans son tweet épinglé, il précise même : « pour être honnête, je n’ai pas couru depuis longtemps. J’ai besoin de brûler quelques calories »

La Corée du Sud l’accuse de ne pas coopérer, et d’être « évidemment en fuite ». C’est la raison pour laquelle les autorités ont demandé à Interpol d’émettre la notice rouge.

C’est toutefois probable que Do Kwon se rende dans les heures à venir. Il a également déclaré : « nous sommes dans un processus de défense dans de multiples juridictions, nous avons maintenu un haut niveau d’intégrité, et comptons clarifier la vérité au fil des prochains mois ».

Do Kwon est-il coupable ?

Il est difficile d’estimer le niveau de responsabilité de Do Kwon. Cet effondrement de marché est loin de lui profiter, puisque son travail a été réduit à néant. Il est également passé du statut d’éminence de la crypto à celui d’escroc 2.0.

Après l’avoir arrêté, les autorités sud-coréennes devront déterminer qui est fautif entre lui et les personnes qui l’ont suivi. Son stablecoin TerraUSD a entraîné le token Luna dans sa chute, et ce dernier à son tour a plongé d’autres entreprises crypto dans les abysses.

C’est notamment le cas du fonds de couverture Three Arrows Capital, dont la disparition a ensuite impacté de nombreux prêteurs de cryptomonnaies tels que BlockFi qui lui avait emprunté plusieurs milliards de dollars.

Les cryptomonnaies sont enchevêtrées, et constituent un écosystème complexe. Au total, on estime que la chute de Terra a fait partir 40 milliards de dollars en fumée…

Si Kwon n’a pas escroqué volontairement les investisseurs et les clients, sa condamnation pourrait toutefois être injuste. L’issue de ce procès risque de nuire à l’innovation dans le domaine de la crypto, et dissuader de nombreux entrepreneurs de se lancer.

Dans un récent podcast, Haseeb Qureshi du fond d’investissement Dragonflu estime que « ayant rencontré Do Kwon, la criminalisation de Terra pose un dangereux précédent ». L’expert précise néanmoins ne pas connaître les détails de l’affaire.

Interpol en croisade contre les crypto couards

Interpol semble bien décidé à forcer les crypto-entrepreneurs à assumer les conséquences de leurs actes. Une notice rouge a également été émise à l’encontre de Faru Fatih Özer, fondateur et CEO de l’exchange Todex.

Il est accusé d’avoir fui vers l’Albanie après un rug-pull à 2,5 milliards de dollars. À présent, l’homme est enfermé dans une prise turque et attend son procès. Le procureur demande une peine de 40 564 ans

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest