dsi directeur des services informatiques

DSI définition : qu’est-ce qu’un Directeur des Services Informatiques

Le DSI, ou Directeur des Services Informatiques / Directeur des Systèmes d’Information (CIO en anglais) est la personne chargée de gérer l’unité informatique au sein d’une entreprise. Découvrez tout ce que vous devez savoir au sujet de ce métier : rôle, compétences nécessaires, opportunités d’embauche, salaire…

L’informatique prend de plus en plus d’importance dans les entreprises, notamment avec l’essor du tout connecté et des entreprises Data-Driven. Dans ce contexte, il est essentiel pour les organisations de confier la responsabilité de leurs services informatiques à un expert extrêmement qualifié. Ce rôle, c’est celui du Directeur des Services Informatiques.

Au sein d’une entreprise, le Directeur du Service Informatique (ou CIO en anglais) est le responsable de l’unité informatique. C’est à lui de proposer de solutions informatiques afin de soutenir les objectifs de l’entreprise et de résoudre les différents problèmes.

Quel est le rôle du DSI ?

Bien évidemment, le DSI est avant tout un expert en informatique. Il maîtrise parfaitement l’environnement informatique de son entreprise, et doit le connaitre comme sa poche. Ainsi, lorsque de nouvelles technologies voient le jour, il est en mesure de faire évoluer cet environnement.



Par le passé, dans les années 1980, son rôle était d’ailleurs principalement technique. Toutefois avec l’essor du stockage, de la transmission et de l’analyse de données, le Directeur du Service Informatique est aussi devenu un responsable important des objectifs stratégiques de l’entreprise.

Aujourd’hui, il est aussi un manager dont le rôle est de gérer l’équipe d’informaticiens de l’entreprise. Il est également chargé de recruter de nouveaux informaticiens. Cependant, en fonction de la taille de l’entreprise (et de l’importance du service informatique), le DSI peut diriger une grande équipe d’employés ou au contraire œuvrer seul.

Bien souvent, au quotidien, il délègue la supervision de l’exploitation des opérations informatiques à un assistant technologique. Selon un sondage publié par Gartner en 2015, près de la moitié des DSI dans le monde entier s’appuient sur un COO (Chief Operating Officer) pour remplir cette fonction.

Le Directeur des Systèmes d’Information doit aussi gérer les ressources matérielles, définir les budgets, et élaborer la stratégie informatique. En tant que responsable de la division informatique, il participe aux comités de direction de l’entreprise. C’est à lui de sensibiliser les cadres de direction (mais aussi les employés) à la valeur ajoutée des systèmes informatiques ainsi qu’aux risques éventuels qu’ils représentent pour l’entreprise.

dsi role

DSI et Big Data

Partout dans le monde, et en France particulièrement, les DSI se tournent de plus en plus vers le Big Data. Une tendance qui s’accentue depuis 2016, selon le Baromètre de la transformation digitale JDN / Club Décision DSI / IT Research. Ainsi, les DSI français étaient 23% à avoir lancé ou finalisé un déploiement Big Data en 2016 contre 12% en 2015.

De plus, 54% envisageaient de planifier le lancement d’un projet Big Data. En 2017, ils étaient 80% selon une autre étude menée par Talend.

Un peu plus de la moitié des participants au sondage du Baromètre considéraient aussi que les plateformes de Cloud étaient désormais suffisamment matures pour supporter une plateforme Big Data, et un quart avait déjà mis en place des solutions analytiques sur le nuage.

Il convient cependant de souligner que le Big Data n’est plus considéré comme inextricable du DSI. Désormais, l’analyse de données concerne aussi la direction générale et les employés qui peuvent y accéder grâce aux outils self-service.

Selon une étude menée par PAC pour Qlik auprès de 129 professionnels, la DSI n’a plus un rôle aussi primordial dans l’initiation de projets Big Data. Ce phénomène serait lié à la déception engendrée par la vague de grands projets BI qui ne correspondaient finalement pas aux besoins des utilisateurs.

Les responsables informatiques, eux-mêmes, sont près d’un tiers à reconnaître ne plus être incontournables pour les projets liés aux données. Une autre étude, menée par PAC pour Syntec Numérique, révélait que 79% des entreprises françaises ont déjà mené des projets de valorisation de données sans intervention de la DSI. Malgré tout, 41% des participants estiment que la DSI reste un ” partenaire privilégié “.

Dans 51% des entreprises interrogées par PAC, les directions générales sont à l’initiative des projets Big Data. Cependant, cette autonomie est généralement le fruit d’un succès de la DSI ayant mis en place des plateformes de Business Intelligence en self-service.

Néanmoins, si l’organisation de la donnée et la gestion de sa qualité sont accessibles à tous, la gouvernance des données reste centralisée au niveau de la DSI dans 38% des cas. Dans 16% des cas, ce sont les directions métier qui s’en chargent. Et dans 22% des entreprises, la DSI et les métiers se partagent cette tâche.

Fédérer les poches informatiques autonomes (Shadow IT)

Dans la nouvelle ère informatique, le DSI n’est plus le seul décideur. Selon Gartner, plus de 50 % des dépenses informatiques sont réalisés en dehors des directions IT. Cette perte de contrôle sur les budgets et sur les projets foisonnants modifient le rôle du directeur des SI. Auparavant, il luttait contre le Shadow IT. Aujourd’hui, ce phénomène a pris une telle importance qu’il doit fédérer l’ensemble des systèmes et des logiciels. L’objectif, c’est de ne pas perdre le contrôle et conserver la main sur la sécurité ainsi que sur les dépenses de maintenance. Le DSI doit donc miser sur une stratégie informatique poussée dans laquelle les différentes solutions installées s’imbriquent logiquement. Un défi conséquent.

Quelles sont les compétences nécessaires pour devenir DSI ?

Pour mener à bien ses missions, ce directeur doit bénéficier d’une expertise infaillible dans le domaine de l’informatique. Il doit maîtriser les différents langages informatiques, les systèmes d’exploitation et les un grand nombre de logiciels.

Il doit être un bon manager, capable de gérer ses troupes et d’assurer la communication entre le service informatique et le reste de l’entreprise. C’est une personne organisée et rigoureuse, mais aussi un créatif capable de déterminer les solutions adaptées pour répondre aux problèmes que rencontre l’entreprise et pour stimuler sa croissance.

Le DSI devient un expert de la maîtrise des coûts. Il communique en direct avec le comité d’entreprise pour s’assurer que les systèmes respectent les marqueurs de performance clé. Cela permet d’établir le rapport “qualité-prix” des solutions IT employées.

Comment devenir DSI ? Quelles sont les formations à suivre ?

Pour devenir Directeur de Services Informatiques, il est recommandé d’obtenir un diplôme dans une école d’ingénieurs. Il est aussi possible d’accéder à ce métier avec un diplôme universitaire en informatique.

Cependant, n’espérez pas devenir DSI directement après vos études. Il s’agit d’un métier réservé aux profils seniors expérimentés ayant travaillé dans différents domaines et différentes entreprises.

formation dsi

Quelles sont les entreprises qui recrutent les DSI ?

Presque toutes les entreprises ont aujourd’hui besoin d’un DSI. L’informatique est omniprésente dans tous les domaines, et joue un rôle déterminant pour les entreprises. Un Directeur des Systèmes d’Information qualifié pourra donc trouver du travail dans une entreprise du domaine de son choix.


Quel est le salaire d’un DSI ?

En moyenne, un Directeur des services informatiques touche entre 70 000 et 150 000 euros bruts par an. Toutefois, ce salaire varie en fonction de la taille de l’entreprise et de sa situation géographique. Il dépend aussi de ses années d’expérience.

En ce qui concerne le budget informatique accordé au Directeur du service informatique, bien souvent, il est calculé en pourcentage du chiffre d’affaires de l’entreprise. Ce pourcentage varie également en fonction du secteur de l’entreprise et de sa dépendance à la technologie. Selon le rapport Gartner Benchmark Analytics « IT Key Metrics Data 2014 », il va de 1 % dans les secteurs de la construction, des matériaux et des sources naturelles à 6,7% dans les secteurs de l’édition de logiciels et des services internet.

Du même coup, les responsables informatiques doivent évaluer l’envergure financière d’un projet IT tout en s’assurant qu’il remplira pleinement son office. Leurs connaissances techniques et l’expérience accumulée facilitent les prises de décision. La vision stratégique intègre donc les problématiques budgétaires. Toutefois, ils doivent également anticiper les risques afin d’éviter les piratages et les blocages systèmes. Dès lors, la prise en compte du RGPD devient essentiel pour ce rôle particulièrement sollicité dans le cadre de la transformation numérique en cours.