drake weeknd ia

Ce faux hit de Drake créé par l’IA cartonne : l’industrie panique

Une fausse chanson de Drake et The Weeknd générée par l'IA connaît un succès fou sur les réseaux sociaux et plateformes de streaming, et l'industrie musicale ne sait pas comment l'arrêter. L'intelligence artificielle va-t-elle bouleverser le monde de la musique à tout jamais ?

En quelques jours, la nouvelle chanson « Heart on my Sleeve » de Drake et The Weeknd a connu un succès viral. On l'entend partout sur TikTok, et elle culmine en haut des classements sur Spotify.

Rien d'étonnant compte tenu de la popularité des deux rappeurs canadiens. À un léger détail près : Drake et The Weeknd n'ont pas participé à la création de ce tube.

Il s'agit en réalité d'une musique entièrement créée via l'intelligence artificielle, par un mystérieux utilisateur de TikTok surnommé Ghostwriter977.

https://youtu.be/Po2BHFHtKgQ

À l'aide de l'IA, il est parvenu à générer les voix des deux artistes célèbres pour les poser sur l'instrumentale produite par ses soins.

Le résultat est bluffant, et sonne à s'y méprendre comme une véritable collaboration entre ces rappeurs de renom.

Face à l'engouement phénoménal, l'industrie musicale est en mode panique. Après 24 heures et plus de 15 millions de streams, la vidéo d'origine a été supprimée de TikTok et la chanson retirée des services de streaming YouTube, , SoundCloud, Tidal et Deezer.

https://www.youtube.com/shorts/N4HBnBbZ00I

Qui est vraiment Ghostwriter977 ?

Pour l'heure, la véritable identité de Ghostwriter977 reste une énigme. Dans ses vidéos, il apparaît tel un fantôme couvert d'un drap blanc et affublé d'excentriques lunettes de soleil.

Selon ses dires, il a travaillé comme « ghostwriter » (auteur fantôme) pour des artistes connus pendant des années, et « a été payé presque rien juste pour que les grands labels s'enrichissent ».

Toutefois, selon certains, toute cette histoire de tube créé par l'IA pourrait n'être qu'un coup de publicité bien ficelé.

Sur la biographie TikTok de Ghostwriter, un lien mène vers une page sur Laylo : un site web sur lequel les fans peuvent recevoir des notifications quand un artiste sort une nouvelle musique, des marchandises ou annonce un concert.

En quelques jours, plusieurs dizaines de milliers de personnes se sont abonnées à sa page. D'après le CEO de Laylo, Alec Ellin, cette personne est « clairement un créateur très expérimenté » tant il maîtrise la communication et la gestion de sa base de fans.

On ignore aussi quels outils ont été utilisés pour produire « Heart on my Sleeve ». Selon l'analyste Michael Inouye de ABI Research, ce morceau a pu être créé de différentes façons selon la sophistication de l'IA et le niveau de talent musical de l'auteur.

Ainsi, « si des musiciens sont impliqués, ils ont pu créer la musique de fond et les paroles, puis entraîné une IA sur du contenu de Drake et The Weekend pour répliquer leurs voix et styles de chant ».

En guise d'alternative, « l'IA a pu générer la majeure partie de la chanson et des paroles et imité les artistes en se basant sur un jeu de données d'entraînement et sur les prompts donnés pour la diriger ».

L'expert ajoute qu'une partie de la fascination et de la viralité de cette chanson est liée au niveau de qualité atteint par le contenu créé par l'IA, notamment pour l'imitation de personnes célèbres.

Quoi qu'il en soit, le succès de cette fausse chanson de Drake ne fait que renforcer les craintes d'une industrie musicale déjà apeurée par la déferlante d'outils d'intelligence artificielle de plus en plus puissants…

Comment l'IA transforme le monde de la musique ?

La musique générée par IA est loin d'être une nouveauté. Déjà en 2018, la chanson « Break Free » de Taryn Southern se hissait dans le Top 100.

De même, un single créé et interprété par l'IA VAVA est actuellement diffusé à la radio en Thaïlande. Toutefois, la nouvelle vague d'outils IA simplifie plus que jamais la génération d'audio, de vidéos, de textes et d'images.

Certains services tels que Boomy se fixent pour objectif de rendre la création musicale plus accessible grâce à l'IA générative.

En février 2023, le célèbre DJ français David Guetta s'était lui-même amusé à créer une fausse chanson d'Eminem avec l'IA.

Il y a peu, un certain Roberto Nickson a posté sur une vidéo démontrant comme il est facile d'enregistrer un couplet et d'entraîner une IA pour remplacer la voix. Il a utilisé la voix du rappeur Kayne West comme exemple.

Selon lui, d'ici peu, nous serons en mesure d'écouter des chansons de nos artistes favoris créés par l'IA sans pouvoir faire la différence avec du contenu authentique.

Face à cette révolution, certains musiciens vont choisir de retirer leur musique des jeux de données utilisées par l'IA pour apprendre à composer. Le projet Source+ permet déjà aux artistes de réclamer le retrait de leurs oeuvres des bases de données d'entraînement.

D'autres choisiront d'exploiter les possibilités offertes par l'IA, à l'instar du producteur britannique Patten qui vient de sortir son album Mirage FM créé à l'aide d'un logiciel basé sur l'IA.

Il a entré des commandes textuelles et le programme Riffusion a composé la musique à partir de sa base de données de sons. L'artiste a ensuite édité et arrangé le résultat.

La prochaine étape sera marquée par des outils IA capables de composer de nouvelles chansons de manière entièrement autonome.

Récemment, les Daft Punk ont avoué que l'une des principales raisons de leur séparation était la peur de l'intelligence artificielle

Est-ce illégal ?

L'industrie du divertissement a eu le temps de voir arriver le tsunami de l'IA générative, mais les législateurs n'ont pas réagi assez vite pour la protéger.

Actuellement, une musique comme « Heart On My Sleeve » n'enfreint pas les droits d'auteurs puisqu'elle s'apparente à une composition originale.

En précisant que Drake et The Weeknd ne sont pas impliqués dans la création de cette chanson, Ghostwriter s'est protégé légalement.

Seuls les programmes IA pourraient être accusés d'enfreindre les droits d'auteur d'oeuvres existantes, en produisant des copies ou en s'entraînant dessus pour générer des contenus très similaires.

De nombreux artistes ont déjà porté plainte contre le générateur d'images MidJourney pour cette raison, accusant l'IA de s'être nourrie de leurs travaux sans recueillir leur consentement.

Les labels de musique ont eux aussi commencé à porter plainte. Cependant, aucune loi existante ne délimite les données sur lesquelles les IA peuvent être entraînées.

En réponse aux nombreuses demandes de droits d'auteurs pour les oeuvres générées par l'IA, le US Copyright Office a récemment publié un nouveau guide pour déposer des travaux littéraires, musicaux ou artistiques.

Selon ce document, les droits d'auteur seront déterminés au cas par cas en se basant sur la façon dont l'outil IA fonctionne et dont il a été utilisé pour créer l'oeuvre.

L'avis du public va aussi être sollicité pour décider comment appliquer la loi sur les contenus soumis aux droits d'auteurs utilisés pour entraîner l'IA. Pour l'heure, le paysage légal est totalement chaotique.

L'industrie musicale prise à son propre jeu ?

Début avril 2023, Universal Music Group, label de Drake, The Weeknd et de nombreuses superstars, a envoyé une lettre aux plateformes de streaming comme Spotify et Music.

Le géant leur demande d'intervenir de toute urgence pour empêcher l'entraînement d'intelligences artificielles sur les mélodies et paroles de ses chansons protégées par droits d'auteur.

Selon la missive, « l'entraînement d'IA génératives utilisant la musique de nos artistes, qui représente à la fois une violation de nos accords et de la loi sur les droits d'auteur, amène à se demander de quel côté de l'histoire toutes les parties prenantes de l'écosystème musical veulent être ».

Le colosse américain oppose le camp « des artistes, des fans et de l'expression humaine créative » à celui « des deepfakes, de la fraude et du refus aux artistes de leur rémunération méritée ».

La firme ajoute que les plateformes de streaming ont « une responsabilité légale et éthique fondamentale d'empêcher l'utilisation de leurs services de manières blessant les artistes ».

Toutefois, face à l'essor à venir des outils IA de création de musique, il semble impossible de lutter contre la prolifération de tels faux.

Malgré le retrait de « Heart on my Sleeve » de Spotify et autres plateformes de streaming, le morceau continue de circuler massivement sur YouTube et sur les réseaux sociaux.

Plutôt que de vouloir arrêter l'inarrêtable, l'industrie musicale ferait probablement mieux de se remettre en question, et de délaisser le formatage commercial pour retrouver la voie de la créativité, de la qualité et de l'originalité

Et vous, qu'en pensez-vous ? L'intelligence artificielle va-t-elle transformer la musique et l'industrie construite autour ? Est-ce une chance ou un désastre ?

Restez à la pointe de l'information avec LEBIGDATA.FR !

Abonnez-vous à notre chaîne YouTube et rejoignez-nous sur Google Actualités pour garder une longueur d'avance.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *