slack tout savoir

Slack : tout savoir sur la messagerie Cloud au succès planétaire

Découvrez tout ce que vous devez savoir sur Slack, l’application de messagerie Cloud dédiée au travail d’équipe au succès fulgurant. Vous saurez tout sur cette plateforme, mais aussi sur son partenariat avec Amazon et sur son triomphe ” data-driven “…

Black Friday : -75% sur le stockage à vie 500Go et 2To chez pCloud 🤑

Slack est une application de messagerie dédiée au travail en collaboration. Cet outil de communication permet aux employés d’une même entreprise d’échanger des messages, des fichiers et des projets.

Il est possible de communiquer directement avec une personne, par le biais de messages directs, ou à plusieurs via les ” canaux “ faisant office de groupes de discussion.

Le grand point fort de Slack est que de nombreuses extensions de type ” add-in “ sont disponibles, permettant d’intégrer une large variété d’outils tiers et de les utiliser directement depuis cette plateforme unifiée.

Il suffit à une entreprise de créer une instance Slack et de la nommer, puis de créer différents canaux. Tous les employés peuvent être invités à rejoindre l’instance, puis recevoir un accès aux différents canaux qui les concernent.

Black Friday : -75% sur le stockage à vie 500Go et 2To chez pCloud 🤑

Un canal peut être public, ce qui signifie que n’importe qui peut le voir et le rejoindre. Il peut aussi être privé. Dans ce cas, seuls les membres invités peuvent s’y joindre. Les messages privés quant à eux sont toujours privés, mais peuvent réunir jusqu’à 8 personnes.

Qu’il s’agisse d’un canal ou d’un message privé, chaque fenêtre de discussion offre les mêmes possibilités. Il est possible de lire et de répondre aux différents messages, d’utiliser des émojis en guise de réactions, ou encore d’envoyer des GIFs. Il est aussi possible de configurer des mémos, de visualiser des flux RSS, ou de recevoir des notifications d’extensions Add-In.

Les avantages de Slack

Slack présente plusieurs avantages par rapport à ses concurrents. Cette messagerie offre une interface à la fois intuitive, confortable et efficace. Le design initial fut créé par le fondateur, Stewar Butterfield, co-fondateur de Flickr, puis donnée à un tiers du nom de MetaLab afin qu’il l’améliore.

Ce dernier a fait en sorte de rompre les codes et de se distinguer en usant de couleurs vibrantes à l’heure où la tendance est à la sobriété. Il reste néanmoins possible de personnaliser les couleurs. Une touche d’humour a même été ajoutée dans les messages de chargement.

Par rapport à d’autres outils collaboratifs comme Basecamp ou Microsoft Teams, Slack est très facile à prendre en main pour les utilisateurs non-techniques. C’est là encore un atout majeur.

Par ailleurs, les entreprises peuvent garder un certain degré de contrôle grâce au système d’invitations. De leur côté, les utilisateurs profitent d’une confidentialité puisque l’administrateur ne peut lire les messages ou canaux privés sans consentement des utilisateurs.

Comme évoqué auparavant, tout un écosystème d’applications tierces fait la force de Slack. Il est possible d’intégrer de nombreuses applications tels que des outils de développement comme GitHub, Jenkins, et StackOverflow ou des outils comme Google Analytics, ServiceNow, MailChimp ou SalesForce. Cette plateforme peut donc servir de hub central pour les utilisateurs.

Les inconvénients de Slack

Malgré toutes ses qualités, Slack présente aussi des points faibles. Le fait que chaque utilisateur puisse créer des canaux peut vite créer un désordre. Les utilisateurs pourront être amenés à consulter plusieurs dizaines de canaux en continu pour ne rater aucune information.

Pour cette raison, beaucoup d’utilisateurs trouvent cette application trop chronophage. Elle peut même se révéler néfaste à leur productivité. Un comble !

On déplore aussi l’absence de fonctionnalité de mise en sourdine ou de blocage. Ceci peut s’avérer très problématique, notamment dans le cas d’un problème de harcèlement…

Le succès de Slack

En peu de temps après sa création en 2014, Slack est devenue extrêmement populaire. En moins d’un an, elle était devenue la startup à la croissance la plus rapide de tous les temps.

À tel point que l’entreprise américaine qui la développe est aujourd’hui valorisée à 20 milliards de dollars. Elle compte actuellement 6,8 millions d’utilisateurs hebdomadaires actifs, 5 millions d’utilisateurs quotidiens, dont 1,5 million d’abonnés payants.

Même l’Australien Atlassian, derrière les applications de productivité à succès telles que Jira et Confluence, a préféré jeter l’éponge face à Slack en revendant ses applications de messagerie HipChat et Stride à son concurrent.

Combien coûte Slack ?

Il est possible de commencer à utiliser Slack gratuitement. Cependant, vous ne pourrez consulter que les 10 000 messages les plus récents. Les intégrations d’applications tierces sont limitées à 10, il n’est pas possible de recevoir de ” guests “, et les fonctionnalités d’administration sont restreintes.

Pour lever toutes ces limites, vous devrez opter pour l’une des formules payantes. L’édition Standard destinée aux PME est proposée pour 6,25€ par utilisateur et par mois. Elle permet un archivage et une intégration illimitée, et des appels vidéo de groupe avec partages d’écran. La coopération avec des tierces est permise par Slack Connect.

La version Plus se destine principalement aux grandes entreprises. Elle ajoute un contrat de niveau de service garantissant une disponibilité de 99,99%, une fonctionnalité de gestion des utilisateurs, un système d’authentification basé sur SAML (SSO) et la possibilité d’exporter des données pour les messages. Cette édition est proposée pour 11,75€ par utilisateur et par mois.

Une troisième formule, Enterprise Grid, est réservée aux très grandes entreprises ou aux organisations de secteurs très règlementés. Les espaces de travail sont illimités, un système de prévention de perte de données est ajouté, et des experts seront présents pour épauler l’entreprise et l’aider à se conformer à la loi HIPAA ou autres règlements. Pour connaître le tarif de cette version, il est nécessaire de contacter Slack directement.

Slack et le cloud Amazon Web Services

Slack tourne intégralement sur le Cloud d’Amazon, Amazon Web Services. Toutes les données générées à partir de l’application sont également stockées sur les serveurs du géant américain.

C’est la raison pour laquelle Microsoft, grand rival d’Amazon sur le marché du Cloud, déconseille Slack. Rappelons que la firme de Redmond propose sa propre messagerie Cloud collaborative : Microsoft Teams.

En juin 2020, Slack et AWS ont convenu d’un accord sur plusieurs années, couvrant l’intégration de produit et de services Cloud. Dans le cadre de cet accord, la fonctionnalité d’appels vocaux et vidéo Slack Calls repose désormais sur le SDK Amazon Chime pour l’audio, la vidéo et le partage d’écran.

La fonctionnalité de contrôle d’accès Slack Enterprise Key Management repose à présent sur le service AWS Key Management, assurant aussi la distribution et le contrôle des clés de chiffrement.

Slack continuera à faire appel à AWS en tant que fournisseur de Cloud principal et à utiliser ses divers services. De son côté, AWS utilise désormais Slack comme solution de communication en interne.

Les deux entreprises continueront à intégrer leurs produits respectifs et à favoriser l’interopérabilité. Par exemple, le AWS Chatbot sera intégré avec Slack. L’outil AppFlow d’Amazon sera intégré avec Slack pour le transfert de données entre services AWS.

Comment Slack utilise le Big Data

Le triomphe de Slack est en grande partie lié au Big Data. Grâce à l’analyse de données, l’entreprise est parvenue à identifier les comportements des consommateurs convertis et à comprendre comment encourager les mêmes comportements chez d’autres consommateurs.

Pour parvenir à cette prouesse, Slack a développé une plateforme Big Data basée sur le Cloud et a fait appel à une équipe de Data Engineers hautement qualifiés. Le premier d’entre eux fut recruté à l’été 2015. Le directeur du Data Engineering, Josh Wills, rejoint l’entreprise à l’automne.

Actuellement, la firme emploie une dizaine d’ingénieurs des données. Elle compte aussi une équipe Machine Learning de même envergure, et une équipe analytique composée d’une vingtaine de Data Scientists.

Ces experts sont chargés d’explorer les comportements des utilisateurs pour identifier les patterns menant à une utilisation accrue de Slack ou à une mise à jour vers les services payants.

Il s’agit par exemple de mesurer l’impact d’une nouvelle version de l’application ou d’étudier le comportement des nouveaux utilisateurs pendant les 24 premières heures : le nombre de canaux qu’ils créent, le nombre de personnes qu’ils invitent ou la quantité de fichiers qu’ils téléchargent.

Les analystes se penchent aussi sur la façon dont les utilisateurs décident d’intégrer des applications tierces, ou sur leurs réactions aux messages automatisés et autres astuces postés par les robots.

Des modèles de Machine Learning sont utilisés pour améliorer la façon dont les données sont intégrées au système de production, et pour apprendre de la façon dont les utilisateurs se servent de l’application. C’est ce qui permet à Slack d’améliorer la productivité et d’offrir de meilleures recommandations.

La plupart des données sont directement collectées à partir de l’utilisation de la plateforme par les utilisateurs. Toutefois, la firme collecte aussi des informations en provenance d’autres sources telles que les données de géolocalisation.

Elle utilise ensuite le framework Hadoop et la plateforme de stockage Cloud AWS S3. La plateforme de traitement de stream Apache Kafka est utilisée pour transférer les données vers la Data Warehouse. Un processus ETL permet de convertir les données au format Parquet, optimisé pour les requêtes rapides.

Trois principaux outils de requêtes sont utilisés : Hive pour les datasets les plus larges, Spark pour le Machine Learning et les formats complexes et Presto pour les petits ensembles de données. Un système de dashboarding créé en interne, XY, permet de transformer automatiquement les résultats des requêtes SQL en graphiques et en diagrammes.

Ces différents outils et cette stratégie Big Data ont porté leurs fruits. Slack a pu découvrir de nombreux indices sur la meilleure façon d’engager les utilisateurs, et le design de l’application a été adapté en fonction…