data center prédictions tendances 2022

Data Center : top des tendances et prédictions pour 2022

Après une année 2021 particulièrement riche en rebondissements et en innovations, quelles seront les grandes tendances de l’industrie du Data Center en 2022 ? Self-service, automatisation robotique, développement durable, cybersécurité… découvrez les principales prédictions pour 2022.

La pandémie de Covid-19 a accéléré la transformation numérique, aussi bien au travail qu’à la maison. En conséquence, la demande en Data Centers n’a jamais été aussi haute.

Le télétravail est devenu la nouvelle norme, entraînant de nouvelles habitudes et l’adoption massive d’outils basés sur le Cloud. En parallèle, les entreprises ont continué à adopter les technologies de l’industrie 4.0 dans le but de gagner en productivité et d’optimiser leur logistique.

De nombreux consommateurs ont aussi commencé à profiter des avantages de l’Internet des Objets. Selon Markets&Markets, le marché de la Smart Home pourrait atteindre une valeur de 138,9 milliards de dollars en 2026.

Tous ces changements impactent fortement l’industrie du Data Center. À travers ce dossier, découvrez les principales tendances et prédictions pour l’horizon 2022…

Self-service : le Data Center pour tous

Dans le contexte pandémique, les attentes des entreprises et du grand public à l’égard des fournisseurs de Data Centers ont changé. Ces derniers devront adapter leurs services et leurs modèles économiques à cette nouvelle demande. En 2022, de nouveaux services verront le jour afin de satisfaire les utilisateurs finaux. Les offres de Self-Service et d’automatisation devraient donc connaître un véritable essor. Selon Gartner, d’ici 2025, 60% des entreprises utiliseront des outils d’automatisation d’infrastructure.

Les opérateurs de Data Centers devront donc automatiser et fluidifier leurs services, afin d’offrir la flexibilité et la transparence escomptées. Ils devront notamment évaluer comment optimiser les environnements d’infrastructure contrôlés au sein desquels les clients peuvent choisir différentes applications automatisées.

L’expérience utilisateur est déjà considérée comme un critère de choix majeur pour les technologies et les fournisseurs de services. Cette tendance devrait s’accentuer au fil de l’année prochaine.

Automatisation : les robots envahissent les Data Centers

Différents types de robots s’invitent dans les Data Centers. Certains sont chargés de retrouver les cassettes de données froides dans les étagères, d’autres assurent la sécurité en surveillant le périmètre autour du bâtiment. Cette robotisation a pris de l’ampleur suite aux contraintes de télétravail imposées par la pandémie aux employés de Data Centers.

Par exemple, IBM a déployé des robots aspirateurs Roomba dans ses Data Centers, avec des capteurs leur permettant de mesurer la température et l’humidité. Il y a plusieurs années, AOL avait créé un petit Data Center fonctionnant de façon intégralement automatisée sans employés humains. De son côté, Google laisse des robots industriels détruire les disques durs inutilisés.

Les robots sont d’un précieux secours pour les Data Centers, car le volume total de hardware et de logiciel à gérer dépassera bientôt largement les capacités des équipes humaines. La robotique va donc devenir un outil au sein des centres de données.

Data Center vert : la quête du développement durable

Face aux enjeux environnementaux, l’efficacité énergétique est une priorité pour les entreprises de tous les secteurs. Elle représente un défi majeur pour l’industrie du Data Center, particulièrement énergivore.

Les centres de données requièrent beaucoup d’espace et d’équipement, mais aussi d’immenses volumes d’eau et d’énergie. L’alimentation des serveurs, mais aussi les systèmes de refroidissement consomment énormément d’électricité. De nombreuses entreprises prennent en compte le développement durable lors du choix d’un fournisseur de Data Center et de services Cloud.

En janvier 2021, un large pan des opérateurs européens de Data Centers a signé un accord visant à atteindre la neutralité carbone d’ici 2030 : le Pacte de Neutralité Climatique des Data Centers. Cet accord soutenu par 17 organismes industriels fixe les objectifs en termes d’efficacité et d’utilisation de l’énergie verte, tout en introduisant des pratiques d’économie circulaire.

En 2022, les opérateurs de Data Centers ne devront plus se contenter d’offrir une transparence sur leur impact environnemental. Ils devront aussi agir pour améliorer leur efficacité énergétique d’une façon quantifiable.

Parmi les principales mesures, il est possible de remplacer les infrastructures obsolètes et inefficaces, de supprimer les serveurs redondants consommant l’énergie inutilement, se tourner vers des modèles d’énergie à la demande, et utiliser des outils permettant de redistribuer l’énergie inutilisée.

Hyperscale et Cloud hybride

Au fil des 18 derniers mois, les organisations se sont tournées vers les  » hyperscalers «  comme AWS, Microsoft Azure et Google Cloud. C’est ce qui leur a permis de rester opérationnelles à l’heure du télétravail.

Les Data Centers hyperscale se focalisent généralement sur l’hébergement d’un client unique. Ainsi, les données peuvent être allouées entre les serveurs de façon à répartir les données hautement demandées et les activités énergivores dans des zones offrant des options de contrôle de température appropriées.

Beaucoup d’entreprises repensent leurs plans d’infrastructures d’urgence. Dans ce contexte, elles entreprennent de repenser l’optimisation et l’ajustement de leurs ressources Cloud et choisissent d’adopter une approche de Cloud hybride.

C’est une stratégie pertinente, car se tourner entièrement vers le Cloud public entraîne un risque de dépenses superflues. Il est par ailleurs difficile d’étendre les services sans entraîner de coûts additionnels.

Or, en faisant appel à un fournisseur IaaS et en limitant l’usage du Cloud public aux pics de trafic, il est possible de réduire les temps de latence et de réduire les coûts sur le long terme.

En 2022, davantage d’entreprises pourraient accorder de l’importance à la disponibilité et aux coûts d’usage lors du choix d’un modèle d’infrastructure adapté à leurs besoins et à leurs objectifs.

Les CIO savent que l’optimisation de la gestion Cloud ne se fait pas en une seule fois. Le processus nécessite d’être évalué et revisité pour assurer l’efficacité maximale. De nombreuses entreprises reconnaissent désormais que l’approche hybride permet de déplacer, de modifier et de redéployer les workloads en continu pour s’adapter aux besoins liés aux pics saisonniers ou de soutenir de nouveaux projets.

Au cours de cette nouvelle année, les entreprises adopteront le meilleur des deux mondes pour compenser le manque de customisation offert par le Cloud public pour le scaling de l’infrastructure, des services, des applications et des données. Une stratégie de Cloud hybride leur permettra de mieux gérer les performances et les dépenses dans le Cloud public.

Edge Computing

Les entreprises de plusieurs secteurs d’activité ont des besoins en Edge Computing ou informatique de périphérie. C’est le cas des fabricants, des fournisseurs d’énergie, ou encore des véhicules électriques.

Contrairement aux Data Centers hyperscale, les fournisseurs auront besoin de rétrécir et de se décentraliser pour servir ce marché naissant. Par exemple, Dell a lancé les  » Micro-Modular Data Centers « . Il s’agit de petits Data Centers, portables, entièrement autonomes, conçus pour répondre aux besoins d’un client à la fois.

Ces centres de données d’un genre nouveau incluent généralement leur propre équipement de refroidissement, d’alimentation et de backup. Ils constituent donc une solution clé en main pour les besoins d’une entreprise en Data Centers.

La sécurité en priorité

Voilà de nombreuses années que les experts avertissent des dangers directement intégrés au hardware pour la sécurité et la confidentialité. Les Data Centers représentent de véritables coffres au trésor pour les hackers, et sont constamment pris pour cibles.

Les fournisseurs de Data Centers prennent donc des mesures adéquates pour renforcer la sécurité. Par exemple, il y a plusieurs années, Google a ajouté une sécurité aux puces de ses Data Centers. Ce projet a ensuite été  » open-sourcé  » en 2019, afin d’offrir les mêmes mesures de sécurité à l’industrie dans son ensemble.

Ce projet OpenTitan a pour but de créer une transparence et une sécurité maximales au niveau des puces. D’autres fonctionnalités sont aussi apportées, comme le self-testing pour le tampering de mémoire à chaque démarrage de la puce. Pour développer ce standard, Google a noué partenariat avec des géants du stockage comme Western Digital et Seagate. Tout au long de l’année 2022, cette technologie continuera son déploiement.

La concurrence s’intensifie

Le marché du Data Center est en plein boom, et la compétition s’intensifie en toute logique. Historiquement, le marché des CPU a toujours appartenu aux fabricants de puces comme Intel. Toutefois, de récents accords comme celui entre AMD et Meta viennent redistribuer les cartes.

Désormais, AMD se taille une plus large part du gâteau grâce à ce partenariat stratégique. Outre les progrès technologiques effectués sur ses puces, AMD s’est aussi distinguée en parvenant à surmonter la pénurie.

Si le Data Center représente un nouveau champ de bataille pour les rivaux historiques Intel et AMD, d’autres entreprises font aussi leur entrée sur le terrain. Le géant des cartes graphiques, NVIDIA, s’est lancé sur le marché avec son premier CPU dédié aux Data Centers : la puce  » Grace  » basée sur ARM.

La guerre du Data Center va continuer à faire rage en 2022, et au fil des années suivantes. Face à l’essor du Cloud, du télétravail et à l’explosion de volume du Big Data, il s’agit d’un nouvel épicentre de l’industrie informatique…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest