informatique quantique ia danger humanité

Pourquoi l’informatique quantique est encore plus dangereuse que l’IA ?

L’informatique quantique est encore plus dangereuse que l’intelligence artificielle pour l’humanité. Tel est l’avis de Vivek Wadhwa et Mauritz Kop, deux experts américains sonnant l’alarme dans une tribune…

L’intelligence artificielle soulève de nombreuses inquiétudes. De jour en jour, ses capacités augmentent à une allure fulgurante.

Avec l’émergence d’outils comme MidJourney ou Dall-E 2, l’IA peut désormais générer des oeuvres d’art en quelques secondes. De même, un robot rappeur vient tout juste de signer chez Capitol.

Au rythme où vont les choses, il ne faudra probablement que quelques années à l’IA pour surpasser l’humain dans tous les domaines. Il y a quelques semaines, un ingénieur de Google a même été renvoyé pour avoir déclaré qu’une IA était devenue consciente…

Selon Elon Musk, CEO de Tesla, les ordinateurs auront une intelligence digne de l’humain en 2029. En outre, il estime que l’intelligence artificielle pourrait devenir la plus grande menace pour l’humanité si les gouvernements ne la régulent pas.

Déjà à l’heure actuelle, cette technologie est exploitée d’une façon dangereuse. Les autorités s’en servent pour surveiller l’espace public et les réseaux sociaux, et des fabricants d’armes autonomes font affaire avec les gouvernements. De même, les cybercriminels l’exploitent pour créer des DeepFakes ou de redoutables malwares.

Toutefois, une autre technologie pourrait être bien plus dangereuse que l’IA : l’informatique quantique. C’est l’avis du journaliste Vivek Wadhwa et du chercheur Mauritz Kop de l’Université de Stanford qui tirent la sonnette d’alarme dans une tribune publiée par Foreign Policy.

Selon eux, il est impératif que l’humanité tire une leçon du manque de régulation de l’IA. Ils préviennent qu’il est « urgent de comprendre l’impact potentiel de cette technologie, de la réguler et de l’empêcher de tomber entre de mauvaises mains avant qu’il ne soit trop tard » …

Comme l’expliquent les deux experts, l’informatique quantique fonctionne très différemment des ordinateurs actuels basés sur les semiconducteurs. Si les différents projets en cours autour du monde sont menés à bien, ces machines seront « immensément puissantes » et pourront effectuer en quelques secondes des tâches qui prendraient plusieurs millions d’années à un ordinateur classique.

Là où les semiconducteurs représentent les informations sous forme de série de 1 et de 0, les ordinateurs quantiques utilisent une unité de calcul dénommée qubit. Chaque qubit peut avoir des valeurs de 1 et 0 simultanément grâce à une propriété de physique quantique dénommée superposition. C’est ce qui permet une augmentation massive et exponentielle de la puissance de calcul.

Une technologie qui change tout

Si le Quantum Computing quitte le stade expérimental, il pourrait bouleverser nos vies. Les ordinateurs quantiques seront capables de traiter des volumes de données bien trop vastes pour les ordinateurs actuels, et permettront par exemple d’améliorer les prévisions météo, l’analyse financière, la planification logistique, la recherche spatiale ou la découverte de médicaments.

Plusieurs applications basiques ont déjà été dévoilées. Des chercheurs ont développé des capteurs quantiques capables de détecter et mesurer les signaux électromagnétiques, et l’un a permis de mesurer avec précision le champ magnétique de la Terre depuis l’ISS.

Lors d’une autre expérience au Pays-Bas, des chercheurs ont réussi à téléporter des informations à travers un réseau de communication quantique rudimentaire. Au lieu de fibres optiques classiques, les scientifiques ont utilisé trois petits processeurs quantiques pour transférer instantanément des qubits.

Ces expériences n’ont pas débouché sur des cas d’usage concrets pour le moment, mais pourraient poser les fondations d’un futur internet quantique permettant de transférer les données à la vitesse de la lumière

Une nouvelle arme entre les mains des criminels

Malheureusement, il est fort probable que les criminels s’emparent eux aussi de cette nouvelle technologie. L’informatique quantique pourrait les aider à compromettre les bases de données des banques, à intercepter les communications privées et à déchiffrer les mots de passe.

En effet, la cryptographie actuelle encode les données dans de larges combinaisons de nombres impossibles à craquer dans un délai raisonnable pour un ordinateur classique. Ce n’est pas un problème pour l’ordinateur quantique qui peut essayer toutes les combinaisons grâce à la mécanique quantique, et deviner le code presque instantanément.

En outre, à cause de l’immense pouvoir et des applications révolutionnaires, il est probable que des projets d’informatique quantique soient déjà en cours dans le domaine de la défense et d’autres branches gouvernementales.

Ces projets de recherche sont menés dans le plus grand des secrets, ce qui rend impossible de savoir où en sont vraiment les progrès dans le domaine de l’informatique quantique.

Officiellement, des projets de Quantum Computing ont cours en France, en Chine, en Russie, en Allemagne, au Pays-Bas, en Grande-Bretagne, au Canada ou encore en Inde. Plusieurs grandes entreprises comme IBM, Google, Intel et Microsoft mènent aussi leurs recherches, au même titre que de nombreuses startups, universités et sous-traitants du domaine de la défense.

La guerre du quantique

Les grandes puissances mondiales sont déjà en compétition autour de l’informatique quantique, et se livrent une véritable course pour la domination de cette nouvelle technologie.

Aux États-Unis, l’administration de Joe Biden craint de perdre cette bataille, et a pris deux mesures phares en mai 2022. Un comité d’Initiative Quantique Nationale a été placé directement sous l’autorité de la Maison-Blanche, tandis qu’un second comité a été nommé pour diriger les agences gouvernementales dans le but d’assurer la suprématie des États-Unis tout en limitant les risques de sécurité pour les systèmes cryptographiques.

En France, Emmanuel Macron a dévoilé la stratégie nationale sur les technologies quantiques en janvier 2021. Un investissement de 1,8 milliard d’euros a été annoncé pour « garantir et pérenniser l’indépendance du pays dans ce domaine technologique qui façonnera le futur ».

L’ambition de la France est notamment de détenir « un prototype complet d’ordinateur quantique généraliste de première génération » dès 2023. Le gouvernement compte aussi mettre une plateforme nationale de calcul quantique à disposition des chercheurs, startups et spécialistes pour créer de nouveaux cas d’usage.

À l’heure actuelle, la Chine domine largement plusieurs domaines de la technologie quantique. C’est le cas des réseaux quantiques et des processeurs quantiques.

Deux des ordinateurs quantiques les plus puissants du monde ont été construits en Chine. Déjà en 2017, des scientifiques de l’Université de Science et Technologie de Chine à Hefei ont construit le premier réseau de communication quantique du monde en utilisant des satellites avancés.

Ces projets dévoilés publiquement ont une visée purement scientifique. Toutefois, ils démontrent que la Chine profite d’une large avance sur les grandes puissances d’Occident…

IA et Quantum Computing : la liaison dangereuse

Plusieurs expériences visent à combiner l’informatique quantique et l’intelligence artificielle dans le but de dépasser les limites des ordinateurs traditionnels.

À l’heure actuelle, les larges modèles de Machine Learning requièrent plusieurs mois d’entraînement sur de puissants ordinateurs à cause du vaste nombre de calculs à effectuer. Par exemple, le modèle GPT-3 d’OpenAI a 175 milliards de paramètres.

Pour que l’IA devienne réellement intelligente, le nombre de paramètres devra atteindre plusieurs billions. L’entraînement des modèles sera donc encore plus long. Or, les ordinateurs quantiques peuvent accélérer massivement ce processus tout en consommant moins d’énergie et d’espace.

En mars 2020, Google a lancé TensorFlow Quantum : une plateforme hybride IA et quantique capable de chercher les patterns et les anomalies dans de larges volumes de données.

Malheureusement, la combinaison entre l’IA et l’informatique quantique augmente aussi le risque d’émergence d’une IA consciente et dangereuse pour l’humanité…

Une créature à dompter d’urgence

Compte tenu du potentiel de l’informatique quantique, Vivek Wadhwa et Mauritz Kop estiment qu’il est crucial de ne pas commettre les mêmes erreurs qu’avec l’IA. À leurs yeux, cette technologie doit être régulée de toute urgence avant qu’il ne soit trop tard.

Selon ces deux experts, le manque de régulation de l’IA est la cause des biais racistes, de la mise en avant des théories complotistes sur les réseaux sociaux, et des attaques contre les institutions démocratiques par le biais de fake news.

Les failles dans le code informatique de l’IA la mènent à prendre des décisions imprévisibles et erronées. En 2021, la communauté du quantique a appelé à résoudre ce problème de toute urgence.

Pour Wadhwa et Kop, il semble important d’effectuer des contrôles ciblés pour éviter le vol de propriété intellectuelle par la Chine ou d’autres pays. Les brevets et secrets commerciaux doivent être sécurisés à la manière dont la technologie était contrôlée pendant la guerre froide.

En outre, pour éviter les problèmes éthiques survenus avec l’IA et le Machine Learning, les gouvernements doivent s’assurer que l’informatique quantique respecte les valeurs démocratiques, les droits de l’Homme et les libertés fondamentales.

Ils doivent apprendre de la façon dont les pays ont su ou non gérer les précédentes technologies révolutionnaires telles que l’IA, la nanotechnologie, la biotechnologie ou la fission nucléaire.

Pour ces deux spécialistes, les États-Unis et les autres nations démocratiques ne doivent pas commettre la même erreur qu’avec l’IA. Elles doivent « se préparer dès aujourd’hui pour l’ère quantique de demain »

Et vous, pensez-vous que l’informatique quantique est encore plus dangereuse que l’IA ? Les gouvernements parviendront-ils à réguler cette technologie pour éviter les pires dérives ? Donnez-nous votre avis en commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest